résistance à l’insuline : phénomène de débordement

L’obésité précède typiquement le diagnostic de diabète de type 2 de 10 ans ou plus. Les patients obèses mais par ailleurs normaux (non diabétiques) ont une résistance à l’insuline nettement accrue par rapport aux patients maigres. L’insuline à jeun, mesure de la quantité d’insuline dans le sang qui reflète la résistance à l’insuline sous-jacente, et donc augmente de l’obésité au prédiabète, puis le diabète de type 2 .

Ceci suggère que l’obésité pourrait être la cause fondamentale de l’augmentation du résistance à l’insuline. Mais en dépit de dépenser des millions de dollars et de faire des décennies de recherche intensive sur les médiateurs hormonaux possibles entre obésité et résistance à l’insuline, aucun lien de causalité n’a pu être établi. Après tout, si l’obésité entraîne une résistance à l’insuline, comment un diabète de type 2 pourrait-il se développer chez des patients de poids normal? Et pourquoi tant de personnes obèses ne développent-elles pas un diabète de type 2?(1)

L’inverse, l’idée que la résistance à l’insuline provoque l’obésité, est

invraisemblable puisque l’obésité précède généralement la résistance à l’insuline. La seule possibilité qui reste est qu’un facteur X soit la cause sous-jacente à la fois de l’obésité et de la résistance à l’insuline. Le lien, Comme nous le verrons, est la quantité excessive de l’insuline. Le facteur X est l’hyperinsulinémie.

Figure 1.1. Hyperinsulinémie: facteur X causant à la fois l’obésité et la résistance à l’insuline

(2)

Résistance en tant que mécanisme de protection :

Le corps humain suit le principe biologique fondamental de l’homéostasie. Si les choses changent trop dans une direction, le corps réagit en changeant de direction pour essayer de revenir à son état initial. Par exemple, si nous avons très froid, le corps s’adapte en tremblant pour générer plus de chaleur corporelle. Si nous avons très chaud, le corps transpire pour se refroidir. L’adaptabilité est une condition préalable à la survie et est généralement valable pour tous les systèmes biologiques.

La résistance est simplement un autre mot pour cette capacité d’adaptation. Le corps résiste au changement hors de sa plage de confort en s’y adaptant.

L’exposition crée une résistance. Des niveaux excessivement élevés et prolongés de tout provoquent une résistance de la part du corps. C’est un phénomène normal. Considérer ce qui suit.

Laura n’avait que 25 ans quand on lui a diagnostiqué un insulinome, (3) une tumeur rare qui sécrète des quantités anormalement importantes d’insuline en l’absence de toute autre maladie significative. Cette condition force le glucose dans les cellules, provoquant des épisodes récurrents d’hypoglycémie, un taux de glucose bas . En conséquence, Laura avait constamment faim et, l’insuline étant l’un des principaux facteurs de l’obésité, elle a rapidement commencé à prendre du poids (4). Sa glycémie était trop basse pour maintenir un fonctionnement cérébral adéquat, ce qui posait des problèmes de concentration et de coordination. Une nuit, alors qu’elle conduisait, elle a perdu le contrôle de ses pieds et a évité de peu un accident. Elle avait eu une crise convulsive liée à une hypoglycémie.

Les symptômes de Laura peuvent sembler graves, mais ils auraient été bien pires si son corps n’avait pas pris de mesures de protection. A mesure que ses niveaux d’insuline augmentaient, la résistance à l’insuline augmentait progressivement. Sans résistance à l’insuline, ses taux d’insuline élevés auraient rapidement conduit à une glycémie très basse et à la mort. Comme le corps ne veut pas mourir (et nous non plus), il se protège en développant une résistance à l’insuline, ce qui démontre l’homéostasie. La résistance se développe naturellement pour se protéger des niveaux d’insuline inhabituellement élevés. L’insuline provoque une résistance à l’insuline. Heureusement, le diagnostic correct a été rapidement établi et elle a subi une intervention chirurgicale corrective. Une fois la tumeur retirée, la résistance à l’insuline est considérablement inversée, de même que les affections associées.(5)

L’inversion des taux élevés d’insuline inverse également la résistance à l’insuline. L’exposition crée une résistance. Supprimer le stimulus supprime également la résistance. Cette maladie rare nous donne un indice essentiel pour comprendre la cause de la résistance à l’insuline.

Comment fonctionne la résistance :

L’homéostasie est tellement fondamentale pour la survie que le corps trouvera différentes manières de développer une résistance.

La survie en dépend. Examinons quelques mécanismes de résistance différents.

Résistance au bruit :

La toute première fois que vous criez contre quelqu’un, celui-ci se recule et fait attention. Des cris incessants, cependant, annulent rapidement ses effets. l’essentiel, ils ont développé une résistance. Le garçon qui a crié au loup a vite appris que les villageois étaient devenus résistants à ses effets. L’exposition crée la résistance.

Supprimer le stimulus supprime la résistance. Que se passe-t-il quand le cri s’arrête? Si le garçon a cessé de pleurer le loup pendant un mois, les villageois commencerait à écouter à nouveau. Ce silence prolongé renverse la résistance. La prochaine fois qu’il criera au loup, cela aura un effet immédiat.

Avez-vous déjà regardé un bébé dormir dans un aéroport bondé et bruyant? Le bruit ambiant est très fort, mais constant, et le bébé dort bien, car il est devenu résistant au bruit. Ce même bébé qui dort dans une maison silencieuse risque de se réveiller au moindre craquement du plancher. C’est le pire cauchemar de tous les parents. Même s’il n’est pas bruyant, le bruit est très perceptible, car le bébé n’a aucune résistance. Le bébé se réveille immédiatement en pleurant, à la consternation des parents.

Résistance aux antibiotiques :

Lors de l’introduction de nouveaux anti-biotiques, ils éradiquent pratiquement toutes les bactéries qu’ils sont conçus pour tuer. Au fil du temps, la plupart des bactéries développent la capacité de survivre à des doses élevées de ces antibiotiques, ce qui les transforme en «super bactéries» résistantes aux médicaments. À mesure que les superbactéries se multiplient et deviennent plus répandues, l’antibiotique perd de son efficacité. Il s’agit d’un problème important et croissant dans de nombreux hôpitaux urbains dans le monde. Chaque antibiotique a perdu son efficacité en raison de sa résistance.

La résistance aux antibiotiques n’est pas un phénomène nouveau. Le biologiste écossais Alexander Fleming découvrit la pénicilline en 1928 et sa production en série commença en 1942 avec des fonds des gouvernements américain et britannique, destinés à être utilisés pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans sa conférence Nobel de 1945, « Penicillin », le Dr Fleming ont correctement prédit l’apparition de résistances deux ans avant la déclaration des premiers cas.

Comment le Dr Fleming a-t-il si bien prévu ce développement? Il a compris le principe biologique fondamental de l’homéostasie. Un système biologique perturbé tente de retrouver son état initial. À mesure que nous utilisons de plus en plus un antibiotique, les organismes qui lui résistent sont naturellement sélectionnés pour sa survie et leur reproduction. Finalement, ces organismes résistants dominent et l’antibiotique devient inutile. Une utilisation persistante et élevée d’antibiotiques provoque une résistance aux antibiotiques.

L’exposition crée une résistance:

Supprimer le stimulus supprime la résistance. Malheureusement, la réaction instinctive de nombreux médecins est tout le contraire: prescrire plus antibiotiques pour vaincre la résistance, ce qui se retourne contre nous et crée encore plus de résistance. Prévenir la résistance aux antibiotiques signifie sévèrement restreindre leur utilisation. Cela a conduit de nombreux hôpitaux à élaborer des programmes de gestion pour préserver l’effet des antibiotiques les plus puissants en les utilisant uniquement dans des situations mettant la vie en danger. Réduire l’exposition des bactéries à l’antibiotique crée moins de résistance, ce qui peut sauver des vies.

Résistance virale :

La résistance aux virus tels que la diphtérie, la rougeole, la varicelle ou la poliomyélite se développe à partir de l’infection virale elle-même. Avant le développement de vaccins, il était populaire d’organiser des «fêtes de la rougeole» ou des «fêtes de la vérole», où des enfants indemnes jouaient avec un enfant activement infecté par le virus afin de les exposer délibérément. Ce n’est pas une fête, mais le fait d’avoir la rougeole protège un enfant pour la vie.

Les vaccins fonctionnent sur ce principe exact. Edward Jenner, un jeune médecin qui travaillait dans les régions rurales de l’Angleterre, a entendu le récit commun de la laitière en développement  résistance au virus mortel de la variole car ils avaient contracté le virus de la variole moins grave. En 1796, il infecta délibérément un jeune garçon de la variole et observa comment il fut par la suite protégé de variole, un virus similaire. En étant vaccinés avec un virus mort ou affaibli, nous développons une immunité sans provoquer la maladie à part entière. En d’autres termes, les virus provoquent une résistance virale.

La résistance aux médicaments :

Quand un médicament telle que la cocaïne est prise pour la première fois, il se produit une réaction intense: À chaque utilisation ultérieure de la drogue, cette réaction devient progressivement moins intense. Les toxicomanes peuvent commencer à prendre des doses plus élevées pour atteindre le même niveau. Lors d’expositions répétées et prolongées, le corps développe une résistance aux effets du médicament, on l’appelle tolérance. Les gens peuvent développer une résistance à de nombreux types de drogues, y compris les stupéfiants, la marijuana, la nicotine, la caféine, l’alcool, benzodiazépines (tranquillisants) et nitroglycérine. Encore une fois, l’exposition crée une résistance.

Supprimer le stimulus supprime la résistance. Afin de rétablir la sensibilité au médicament, il est nécessaire d’avoir une période de faible consommation de drogue. Si vous arrêtez de boire de l’alcool pendant un an, le premier verre qui suivra aura de nouveau pleinement son effet.

Qu’est-ce que tous ces exemples ont en commun? Dans le cas du bruit, la fatigue due aux stimuli est le mécanisme de la résistance. L’oreille humaine réagit aux changements plutôt qu’aux niveaux de bruit absolus. Dans le cas des antibiotiques, la sélection naturelle des organismes résistants est le mécanisme.

Les bactéries qui s’adaptent aux médicaments sont celles qui survivent et se multiplient. Dans le cas des virus, le développement des anticorps est le mécanisme de la résistance. En cas de pharmacorésistance, ou désensibilisation, une diminution du nombre de récepteurs cellulaires est le mécanisme. Bien que le mécanisme dans chacun de ces cas puisse différer, le résultat final est toujours le même. C’est le but. L’homéostasie est tellement fondamentale pour la survie que les systèmes biologiques trouvent toujours un moyen de compenser. L’exposition crée une résistance.

Et qu’est-ce que cela nous dit sur la résistance à l’insuline? L’insuline provoque une résistance à l’insuline.

Comment l’insuline provoque une résistance à l’insuline:

Les hormones, telles que l’insuline, agissent un peu comme des médicaments lorsqu’il s’agit de résistance. Les deux agissent sur les récepteurs de la surface cellulaire et montrent le même phénomène de résistance. Dans le cas de l’insuline, une exposition prolongée et excessive à cette hormone, l’hyperinsulinémie, provoque une résistance à l’insuline. Le prouver expérimentalement est assez simple. Prendre un groupe de volontaires sains, donnez-leur des doses d’insuline persistantes et élevées et recherchez une résistance. Heureusement, toutes les expériences ont déjà été faites.

Dans une étude, une perfusion constante d’insuline d’une durée de quarante heures dans un groupe de jeunes en bonne santé augmentait la résistance à l’insuline de 15% (6). Dans une expérience similaire, une perfusion intraveineuse constante d’insuline dans un groupe de jeunes en bonne santé augmentait insulinorésistance de 20 à 40% (7). Les conséquences de ces résultats sont tout simplement ahurissantes. L’administration de quantités d’insuline normales mais persistantes à ces jeunes en bonne santé les rend résistants à l’insuline. L’insuline Cause de la résistance à l’insuline. C’est-à-dire que je peux rendre n’importe qui résistant à l’insuline. Tout ce que j’ai à faire, c’est de leur donner suffisamment d’insuline.

Dans le diabète de type 2, l’administration de fortes doses d’insuline augmente la résistance à l’insuline. Dans une étude, les patients n’ayant initialement pas pris d’insuline ont été augmentés à une dose très élevée de 100 unités d’insuline par jour.(8) Plus la dose d’insuline était élevée, plus ils développaient une résistance à l’insuline – une relation de cause à effet directe, aussi inséparable qu’une ombre d’un corps. Même que la glycémie s’est améliorée, le diabète a empiré. L’insuline provoque une résistance à l’insuline.

Cependant, des niveaux hormonaux élevés en eux-mêmes ne peuvent pas causer de résistance, sinon nous développerions tous rapidement des niveaux de résistance invalidants.

Nos corps se défendent naturellement contre la résistance en sécrétant nos hormones en courtes rafales. Des niveaux élevés d’hormones sont libérés à des moments spécifiques pour produire un effet spécifique. Ensuite, les niveaux baissent rapidement et restent très bas. C’est le rythme circadien quotidien du corps. Les basses périodes prolongées d’hormone assurent que la résistance ne se développe pas.

Par exemple, la mélatonine, une hormone produite par la glande pinéale pour réguler nos cycles de sommeil et de veille, est pratiquement indétectable pendant la journée. À la tombée de la nuit,il augmente pour atteindre son maximum tôt le matin.. Le cortisol, produit par les glandes surrénales pour réguler le stress, se soulève juste avant le réveil, puis redescend à de faibles niveaux. Hormone de croissance produite dans la glande pituitaire pour nous aider à régénérer les cellules, elle est sécrétée principalement dans le sommeil profond et tombe ensuite à des niveaux indétectables au cours de la journée. L’hormone parathyroïdienne, qui régule le métabolisme osseux, atteint le sommet au petit matin. La libération périodique de ces hormones et d’autres est essentielle pour prévenir la résistance.

Les niveaux d’hormones restent généralement très bas. De temps en temps, une brève impulsion de l’hormone spécifique, souvent déclenchée par le rythme circadien, vient créer un effet maximal. Après cela, nos niveaux sont à nouveau très bas. La brève pulsation hormonale est terminée bien avant que la résistance ne puisse se développer. Le corps ne pleure pas continuellement le loup. Quand cela fait à l’occasion, nous éprouvons le plein effet.

Pour que la résistance se développe, deux facteurs essentiels sont nécessaires: des niveaux hormonaux élevés et un timulus constant. Normalement, l’insuline est libérée en rafales, empêchant le développement d’une résistance à l’insuline. Mais lorsque le corps est constamment bombardé d’insuline, une résistance se développe.

Il devrait être maintenant évident que, puisque la résistance se développe en réponse à des niveaux élevés et persistants d’un stimulus, l’augmentation de la dose ne fait qu’accroître la résistance. C’est un cycle vicieux qui s’auto-renforce: l’exposition crée une résistance. La résistance conduit à une exposition plus élevée. Une exposition plus élevée augmente la résistance. Lorsque des niveaux élevés et constants d’insuline «crient» au glucose pour qu’il pénètre dans la cellule, son effet diminue progressivement (résistance à l’insuline). La réaction instinctive du corps est de produire encore plus d’insuline – de crier encore plus fort. Plus il crie, moins il a d’effet.

L’hyperinsulinémie est le moteur du cercle vicieux. L’hyperinsulinémie entraîne une résistance à l’insuline, ce qui entraîne une aggravation de l’hyperinsulinémie.

Figure 1.1. Obésité hormonale III: taux d’insuline élevé → résistance → taux d’insuline élevé.

 glucides d’engraissement⇒taux d’insuline élevé (⇒résistance à l’insuline)⇒ obésité 

Le cycle se poursuit, jusqu’à ce que les niveaux d’insuline dans le corps soient extrêmement élevés, ce qui entraîne un gain de poids et l’obésité. Plus le cycle dure longtemps, plus il s’aggrave, c’est pourquoi l’obésité et la résistance à l’insuline dépendent tellement du temps. Les gens peuvent rester coincés dans ce cercle vicieux pendant des décennies, développant une résistance à l’insuline significative.

La résistance entraîne alors des taux d’insuline élevés, indépendants du régime alimentaire.

Mais l’histoire empire. La résistance à l’insuline entraîne une augmentation des taux d’insuline à jeun. Les niveaux d’insuline à jeun sont normalement bas. Au lieu de commencer la journée avec une insuline faible après le jeûne nocturne, nous commençons par une forte insuline. Les conséquences sont désastreuses: la graisse grossit.

La résistance à l’insuline devenant de plus en plus une partie importante du problème, elle peut en fait devenir l’un des principaux facteurs de taux élevés d’insuline. L’obésité se conduit elle-même.

Le fait que la résistance à l’insuline conduit à une hyperinsulinémie compensatoire a été longtemps accepté. Mais la notion nouvelle selon laquelle l’hyperinsulinémie est également à l’origine de la résistance à l’insuline gagne peu à peu acceptation. La Docteure Barbara Corkey, lauréate de la Médaille Banting 2011 de la faculté de médecine de l’Université de Boston, a appelé sa conférence: «L’hyperinsulinémie est la cause première de la résistance à l’insuline, de l’obésité et de diabète. »(9) La médaille Banting est la plus haute distinction scientifique décernée par l’association Américaine des diabètes. Il ne s’agit donc pas simplement de la pensée d’un groupe marginal.

Le diabète de type 2 est caractérisé par une résistance élevée à l’insuline. L’obésité et le diabète de type 2 sont les manifestations du même problème sous-jacent: l’hyperinsulinémie. Leur relation étroite a donné naissance au terme «diabésité», qui reconnaît implicitement qu’il s’agit d’une seule et même maladie.

Figure 1.2. Hyperinsulinémie: le lien entre obésité et diabète

Des glucides d’engraissement⇒ hyperinsulinemia (résistance à l’insuline⇒ le diabète de type 2).

Hyperinsulinémie et phénomène de débordement :

La résistance à l’insuline se produit lorsque la glycémie reste élevée malgré des taux d’insuline normaux ou élevés, puisque les cellules résistent aux demandes de l’insuline d’absorber le glucose. Mais comment l’hyperinsulinémie est-elle à l’origine de ce phénomène.

Le paradigme de verrouillage de clé actuellement en place suggère que la clé (insuline) ouvre la serrure (récepteur de la surface cellulaire) pour permettre au glucose de pénétrer à l’intérieur et qu’une fois que vous avez retiré la clé (insuline), le glucose sanguin ne peut plus pénétrer dans la cellule. Avec l’insulinorésistance, nous imaginons que la serrure et la clé ne s’emboîtent plus très bien La clé n’ouvre que partiellement et pas très facilement la serrure, donc le glucose, qui ne peut pas entrer normalement, s’accumule à l’extérieur, dans le sang. Comme moins de glucose pénètre dans la cellule, il fait face à un état de

la famine interne et le corps produit plus d’insuline. Comme chaque touche fonctionne moins efficacement, le corps compense en produisant plus de clés.

Cette hyperinsulinémie garantit que suffisamment de glucose pénètre dans les cellules pour répondre à leurs besoins énergétiques. C’est une théorie intéressante et soignée. Dommage qu’il n’ait pas de fondement dans la réalité.

Le problème est-il la clé (insuline) ou la serrure (récepteur de l’insuline)? Eh bien non plus. La structure moléculaire de l’insuline et du récepteur de l’insuline est complètement normale dans le diabète de type 2. Par conséquent, quelque chose doit être encrassée le mécanisme de verrouillage. Mais quoi? Malgré des décennies de recherche intensive, aucun coupable plausible n’a été identifié de manière positive.

Rappelez-vous que l’insuline augmente lorsque vous mangez et agit principalement dans le foie pour aider à stocker l’énergie alimentaire entrante. L’insuline indique au foie de faire deux choses:

  1. Arrêtez de brûler l’énergie stockée (par exemple, la graisse corporelle).
  2. Stockez l’énergie alimentaire entrante sous forme de glycogène ou produisez une nouvelle graisse via une lipogenèse de novo (LDN).

Si la cellule était vraiment résistante à l’insuline et souffrait de famine interne, les deux actions devraient être émoussées simultanément. Cela est certainement vrai pour la première action de l’insuline. L’insuline hurle au foie de cesser de produire du nouveau glucose, mais le foie continue à le pomper. Le glucose se répand dans le sang.

Cependant, la deuxième action de l’insuline est paradoxalement renforcée. Si le glucose ne peut pas pénétrer dans la cellule, provoquant une famine interne, alors le foie ne possède pas de substrat pour créer de la graisse et le (LDN) devrait s’arrêter. Comment le foie peut-il fabriquer de nouvelles graisses à partir de glucose s’il ne contient pas de glucose? C’est comme essayer de construire une maison en briques sans briques. Même si vous avez des ouvriers du bâtiment, c’est impossible.

Avec la résistance à l’insuline, le (LDN) augmente réellement, de sorte que l’effet de l’insuline n’est pas atténué mais accéléré. Tellement de nouvelle graisse est générée qu’il n’y a nulle part où la mettre. Cet excès de graisse s’accumule dans le foie, où il ne devrait normalement en rester aucune. Avec la résistance à l’insuline, la graisse du foie devrait être faible et non élevée. Mais le diabète de type 2 est presque toujours associé à une accumulation excessive de graisse dans le foie.

Comment le foie peut-il résister sélectivement à l’un des effets de l’insuline tout en accélérant l’autre? Et dans la même cellule, en réponse aux mêmes niveaux d’insuline, avec le même récepteur d’insuline? Malgré Après des décennies de recherches en cours et des millions de dollars, ce paradoxe central de la résistance à l’insuline restait bouleversant pour tous les chercheurs du monde entier, jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que le vieux paradigme de la résistance à l’insuline et de la famine interne était incorrect. L’indice essentiel est que l’insuline elle-même provoque une résistance à l’insuline, ce qui signifie que le principal problème n’est pas la résistance à l’insuline mais l’hyperinsulinémie qui l’a provoquée.

La résistance à l’insuline fait uniquement référence au fait que, pour une quantité donnée d’insuline, il est plus difficile de déplacer le glucose dans la cellule. Alors que se passe-t-il si le glucose ne peut pas pénétrer dans la cellule car il déborde déjà? le paradigme de la résistance à l’insuline en tant que phénomène de débordement résout le paradoxe central.

Comment fonctionne le phénomène de débordement :

La cellule est comme la rame de métro, l’insuline comme le conducteur et les molécules de glucose comme les passagers. Lorsque l’insuline donne le signal approprié, les portes s’ouvrent et le glucose entre dans la cellule de manière ordonnée sans trop de difficulté. Avec une cellule résistante à l’insuline, l’insuline signale à la cellule d’ouvrir la porte, mais aucun glucose ne pénètre. Glucose s’accumule dans le sang, incapable d’entrer à l’intérieur. Que s’est-il passé?

Considérons notre analogie de train. Le train arrive à la gare et reçoit le signal d’ouvrir les portes, mais aucun passager ne monte. C’est la résistance «conducteur». Alors que le train s’éloigne, de nombreux passagers restent debout sur le quai. Selon le paradigme de la serrure et de la clé, le signal du conducteur n’ouvre pas complètement les portes du métro parce que quelque chose bloque le mécanisme. Les passagers ne peuvent pas franchir les portes et sont laissés sur le quai pendant que le train vide s’éloigne.

Le phénomène de débordement suggère une possibilité différente. Le train arrive à la gare, mais il est déjà rempli de passagers de l’arrêt précédent.

Lorsque le conducteur de train donne le signal d’ouvrir la porte, les passagers qui attendent sur le quai ne peuvent pas monter car le train est déjà plein. De notre point de vue extérieur, nous voyons seulement que les passagers ne peuvent pas entrer dans le train et en conclure que la porte n’est pas ouverte.

La même situation se produit dans la cellule du foie. Si des niveaux élevés d’insuline ont déjà bloqué la cellule remplie de glucose, aucune chose ne peut entrer même si l’insuline ouvre la porte. De l’extérieur, on peut seulement dire que la cellule est maintenant résistante au besoin de l’insuline de déplacer le glucose à l’intérieur.

Dans notre analogie avec le train, un moyen d’embarquer plus de monde dans le train est d’embaucher des «pousseurs de métro». À New York, dans les années 1920, les gens ont été poussés de force dans les trains bondés. Bien que cette pratique ait disparu en Amérique du Nord, elle existe toujours au Japon. Lorsque les passagers restent debout sur le quai, les «préposés à la préparation des passagers» poussent plus de monde dans le train.

L’hyperinsulinémie est le pousseur du métro dans le métro. Il enfonce le glucose dans la cellule déjà bourrée. Lorsque le glucose est laissé à l’extérieur, le corps produit une quantité supplémentaire d’insuline pour forcer davantage de glucose dans la cellule. Cette tactique fonctionne au début, mais comme de plus en plus de glucose est forcé à l’intérieur de la cellule trop bourrée, plus de force est nécessaire. L’insulinorésistance entraîne une hyperinsulinémie compensatoire. Mais quelle était la cause initiale? Hyperinsulinémie. C’est un cercle vicieux.

sources:

1. Pories WJ, et al. Surgical treatment of obesity and its effect on diabetes: 10-y follow-up. Am J Clin Nutr. 1992; 55(Suppl.): 582S–585S.
2. Based on data from Pories WJ, et al. Surgical treatment of obesity and its effect on diabetes:10-y follow-up. Am J Clin Nutr. 1992 Feb; 55(2 Suppl): 582S–585S.
3. Insulinoma symptoms. Insulinoma Support Network. Available from:
https://insulinoma.co.uk/insulinoma-symptoms. Accessed 2017 Jun 6.
4. Tarchouli M, et al. Long-standing insulinoma: two case reports and review of the literature.BMC Res Notes. 2015; 8: 444.
5. Ghosh S, et al. Clearance of acanthosis nigricans associated with insulinoma following
surgical resection. QJM. 2008 Nov; 101(11): 899–900. doi: 10.1093/qjmed/hcn098. [Epub
2008 Jul 31.] Accessed 2017 Jun 6.
6. Rizza RA. Production of insulin resistance by hyperinsulinemia in man. Diabetologia. 1985;28(2): 70–75.
7. Del Prato S. Effect of sustained physiologic hyperinsulinemia and hyperglycemia on insulin secretion and insulin sensitivity in man. Diabetologia. 1994 Oct; 37(10): 1025–1035.
8. Henry R. Intensive conventional insulin therapy for type II diabetes. Diabetes Care. 1993;16(1): 23–31.
9. Corkey BE, Banting lecture 2011: hyperinsulinemia: cause or consequence? Diabetes. 2012 Jan; 61(1): 4–13.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here