fbpx
jeudi, juin 4, 2020
Accueil Blog Page 109

La différence entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2

la différence entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2
la différence entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2

La différence entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2

 

Le diabète mellitus comprend un groupe de désordres métaboliques caractérisés par une glycémie élevée ou chronique, ou une hyperglycémie. Le préfixe hyper signifie «excessif» et le suffixe emia signifie «dans le sang». Ce terme signifie littéralement «glucose excessif dans le sang».Il existe quatre grandes catégories de diabète sucré: le type 1(non insulinodépendant), le type 2(non insulinodépendant), le diabète gestationnel (glycémie élevée associée à la grossesse) et d’autres types spécifiques.(1) Le diabète de type 2 est le plus fréquent environ 90%  des cas. Le diabète gestationnel  par définition n’est pas une maladie chronique, bien qu’il augmente le risque de développer le diabète de type 2. Si l’hyperglycémie persiste après la grossesse, il doit être classé dans le type 1(ou insulinodépendant), le type 2 ou un autre type spécifique. Les autres types spécifiques de diabète, énumérés dans le tableau 2.1, sont rares et nous ne discuterons plus ces types de diabète ou de diabète gestationnel dans cet article.

Tableau 2.1 Classifications du diabète sucré

Type 1

Type 2

Gestationnel

Autres types spécifiques:

– Défauts génétiques

– Maladie du pancréas

– Induite par un médicament ou un produit chimique

– Infections

– Endocrinopathies

Symptômes du diabète

L’hyperglycémie ou une glycémie élevée caractérisent toutes les formes de diabète.

Lorsque la glycémie dépasse la capacité du rein à réabsorber le glucose (seuil rénal), il se répand dans l’urine, provoquant des mictions fréquentes et excessives ainsi qu’une soif intense. La perte chronique de glucose peut entraîner une perte de poids rapide et stimuler l’appétit. Les symptômes les plus typiques observés chez les diabétiques sont donc:

  • soif accrue.
  • urination fréquente.
  • perte de poids rapide inexpliquée.
  • faim accrue malgré la perte de poids.
  • fatigue.

Ces symptômes d’hyperglycémie sont communs à toutes les formes de diabète, mais ils surviennent plus fréquemment dans le diabète de type 1, car l’apparition du diabète de type 2 est généralement très progressive. Aujourd’hui, le diabète de type 2 est le plus souvent diagnostiqué lors de tests sanguins de routine, avant que les patients ne présentent des symptômes.

Dans les cas graves, les patients, généralement ceux atteints de diabète de type 1, peuvent présenter une acidocétose diabétique. Des niveaux d’acide dangereusement élevés s’accumulent dans le sang en raison d’un grave manque d’insuline. Les symptômes comprennent la confusion, une respiration rapide, des douleurs abdominales, une odeur fruitée et une perte de conscience. Il s’agit d’une véritable situation d’urgence nécessitant un traitement immédiat à l’insuline.

Les cas graves de diabète de type 2 peuvent présenter un syndrome non cétotique hyperosmolaire. Une glycémie élevée stimule une miction excessive conduisant à une déshydratation grave, à des convulsions, au coma et même à la mort. Comme les niveaux d’insuline sont normaux ou élevés dans le diabète de type 2, l’acidocétose ne se développe pas.

Diagnostic des diabètes

Le diabète peut être diagnostiqué par l’un des deux tests sanguins suivants: l’hémoglobine A1C (souvent abrégé en A1C) ou la glycémie. L’A1C, qui a été accepté comme critère de diagnostic par l’association Américaine de diabète depuis 2009 est le test de dépistage du diabète le plus pratique, car il ne nécessite pas de jeûne et peut donc être effectué à tout moment de la journée.

Hémoglobine A1C, hémoglobine est une protéine présente dans les globules rouges et  qui transporte l’oxygène dans tout le corps. Au cours de la durée de vie moyenne d’un globule rouge de trois mois, les molécules de glucose se fixent à l’hémoglobine proportionnellement aux taux de glucose sanguin prédominants. La quantité de glucose attachée à la

L’hémoglobine peut être mesurée à l’aide d’un simple test sanguin appelé hémoglobine A1C. L’A1C reflète donc le niveau moyen de glucose sanguin dans l’organisme sur trois mois.

En Amérique du Nord, l’A1C est exprimé en pourcentage, tandis qu’au Royaume-Uni et en Australie, les unités sont exprimées en mmol / mol. L’Association Américaine des diabètes définit un taux d’HbA1C de 5,7% ou moins comme étant normal. Un niveau supérieur à 6,5% est considéré comme diabétique (voir tableau 2.2).

Tableau 2.2. Classification du diabète et du prédiabète en fonction de la glycémie A1C.

A1C classification
<5.7% normal
5.7%-6.4% Prédiabète
>6.5% diabète

Le prédiabète est le stade intermédiaire où la glycémie est anormalement élevée, mais pas assez pour être considérée comme diabétique. Il dénote un état de risque très élevé de progression future vers le diabète de type 2. Un patient dont le taux d’HbA1c initial était compris entre 6,0 et 6,5% (42-48 mmol / mol) a environ 25 à 50% de risque de développer un diabète dans les cinq ans. C’est plus de vingt fois le risque qu’une personne dont le taux d’HbA1c est de 5,0% (31 mmol / mol) (2).

Glucose sanguin

Le deuxième test pour diagnostiquer le diabète est le test de glycémie

, également appelé test de glycémie ou de glycémie. Il est mesuré à l’aide d’un test de glycémie à jeun ou d’un test de tolérance au glucose oral.

Pour le test de glycémie à jeun, il est demandé au patient de ne pas consommer de calories pendant au moins huit heures. Un échantillon de sang est ensuite prélevé et la quantité de glucose dans le sang est mesurée. Un niveau supérieur à 7,0 mmol / L (ou 126 mg / dL) est considéré comme diabétique.

Pour la TGO (tolérance de glucose oral), il est demandé à un patient d’ingérer une dose d’essai standard de 75 grammes de glucose. Un échantillon de sang est prélevé deux heures plus tard et la quantité de glucose dans le sang est mesurée. Un niveau supérieur à 11,1 mmol / L (ou 200 mg / dL) est considéré comme diabétique.

L’A1C a largement remplacé le test de glycémie à jeun et la TGO pour le diagnostic en raison de sa simplicité et de sa commodité, mais tous ces tests sont considérés comme précis et acceptables. À l’occasion, le diabète est diagnostiqué à l’aide d’un test de glycémie aléatoire. Un échantillon de sang est prélevé à un moment aléatoire et le taux de glucose dans le sang est mesuré. Un niveau supérieur à 11,1 mmol / L (ou 200 mg / dL) est considéré comme diabétique s’il est accompagné d’autres symptômes.

Tableau 2.3 Critères de diagnostic du diabète

Glycémie à jeun> 7,0 mmol / L (126 mg / dL)

Glycémie de 2 heures> 11,1 mmol / L (200 mg / dL) pendant la TGO

A1C> 6,5% (48 mmol / mol)

Symptômes d’hyperglycémie et de glycémie aléatoire>11,1 mmol / L (200 mg / dL).

La quantité totale de glucose circulant dans le sang à tout moment est étonnamment petite – environ une cuillerée à thé. Le glucose ne flotte pas librement dans le sang. Au contraire, la plus grande partie du glucose de l’organisme est contenue dans nos cellules.

Les hormones régulent étroitement notre glycémie pour éviter des taux excessivement bas ou trop élevés. Même lorsque nous mangeons de grandes quantités de sucre, le taux de glucose sanguin reste dans une fourchette extrêmement étroite et contrôlée en raison des actions coordonnées de diverses hormones. Comme le glucose est absorbé dans le sang par les intestins, les cellules des îlots situées dans le pancréas sécrète l’hormone insuline. L’insuline permet au glucose d’entrer dans les cellules en tant que carburant pour l’énergie. Le corps stocke tout excès de glucose dans le foie pour une utilisation ultérieure, ce qui empêche notre glycémie de sortir de son plage normale.

Les vérités de diabète de type 1

Le diabète de type 1 a été précédemment appelé diabète juvénile, car son apparition survient généralement pendant l’enfance. Cependant, bien que les trois quarts de tous les cas soient diagnostiqués chez des patients de moins de dix-huit ans, il peut survenir à tout âge. L’incidence mondiale du diabète de type 1 a augmenté au cours des dernières décennies pour des raisons inconnues et pourrait augmenter de 5.3%/an aux États-Unis (3) , En Europe,aux taux actuels, les nouveaux cas de diabète de type 1 vont doubler entre 2005 et 2030.

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système immunitaire de l’organisme endommage les cellules qui sécrètent l’insuline. Le sang du patient contient des anticorps dirigés contre les cellules d’îlots humains normales, ce qui constitue la preuve d’une attaque auto-immune. Au fil du temps, la destruction cumulative des cellules productrices d’insuline fait progresser le diabète de type 1 en grave carence en insuline, à la suite de quoi les symptômes apparaissent généralement (4).

Il existe une forte prédisposition génétique au diabète de type 1, mais ce qui déclenche éventuellement la destruction auto-immune est incertain. Parmi les autres agents environnementaux pouvant jouer un rôle, on peut citer la sensibilité au lait de vache, aux protéines de blé et à une faible teneur en vitamine D. Le diabète de type 1 est souvent associé à d’autres maladies auto-immunes, telles que la maladie de Graves (qui affecte la thyroïde) ou le vitiligo (qui affecte la peau).

Les diabétiques de type 1 souffrent d’un grave manque d’insuline. Par conséquent, la pierre angulaire d’un traitement réussi est le remplacement adéquat de l’insuline manquante. La découverte d’injections d’insuline a considérablement amélioré le pronostic, donnant l’impression générale que le diabète avait été guéri. Cependant, l’histoire n’est pas terminée heureusement pour toujours. À long terme, les diabétiques de type 1 présentent un risque beaucoup plus élevé de complications, touchant presque tous les organes du corps, que les non diabétiques. Le diabète de type 1 réduit l’espérance de vie de cinq à huit ans et comporte un risque de maladie cardiaque plus de dix fois supérieur à celui des patients en bonne santé (5).

Les vérités de diabète de type 2

Le diabète de type 2 a historiquement touché les personnes âgées, mais la prévalence augmente rapidement chez les enfants du monde entier (6), ce qui reflète l’augmentation de l’obésité chez les enfants (7). Un centre médical à New York a signalé que le nombre de nouveaux cas de diabète avait été multiplié par dix entre 1990 et 2000, et la moitié des cas nouvellement diagnostiqués ont le diabète de type 2 ,(8) ,en 2001, moins de 3% des cas sont des adolescents ayant le diabète de type 2. Seulement dix ans plus tard, en 2011, ce nombre avait augmenté à 45% (9). C’est une épidémie vraiment étonnante. le diabète de type 2 était développé comme un cyclone, ne laissant que la dévastation dans son sillage.

Globalement, le diabète de type 2 représente environ 90 à 95% des cas de diabète dans le monde. Il se développe généralement progressivement sur plusieurs années et progresse de manière ordonnée du diabète normal au prédiabète au diabète de type 2 à part entière. Le risque augmente avec l’âge et l’obésité.

L’hyperglycémie est due à la résistance à l’insuline plutôt qu’au manque d’insuline, comme dans le diabète de type 1. Lors de la première mise au point de tests d’insuline, les chercheurs s’attendaient à ce que les patients diabétiques de type 2 présentent des taux très bas mais à leur grande surprise, les taux d’insuline étaient élevés et non pas  faibles.

L’insuffisance d’insuline pour abaisser la glycémie est appelée résistance à l’insuline. Le corps surmonte cette résistance en augmentant la sécrétion d’insuline pour maintenir une glycémie normale. Le prix à payer est un niveau d’insuline élevé. Cependant, cette compensation a une limite. Quand  la sécrétion l’insuline ne suit pas l’augmentation de la résistance, la glycémie augmente, ce qui conduit à un diagnostic de diabète de type 2.

Différentes causes nécessitent différents cures

Fondamentalement, les diabètes de type 1 et de type 2 sont des opposés polaires, l’un caractérisé par de très faibles niveaux d’insuline et l’autre par des taux très élevés. Pourtant, curieusement, les paradigmes habituels de traitement médicamenteux sont identiques pour les deux types. Tous les deux visent principalement la glycémie, l’objectif étant de la diminuer en augmentant l’insuline, même si la glycémie élevée n’est que le symptôme de la maladie et non la maladie elle-même. L’insuline aide le diabète de type 1 parce que le problème fondamental de cette maladie est le manque d’insuline naturellement présente dans le corps. Cependant, le problème central sous-jacent du diabète de type 2 est la résistance à l’insuline et il n’est pratiquement pas traité car il n’y a pas de consensus clair sur sa cause. Sans cette compréhension, nous n’avons pas l’espoir de l’inverser. C’est notre défi. Cela peut paraître formidable, mais ses avantages sont tous aussi attrayants: un remède contre le diabète de type 2.

sources:

1. American Diabetes Association. Standards of medical care in diabetes—2016. Diabetes
Care. 2016; 39(Suppl. 1): S13–S22.

2. Zhang X, et al. A1C level and future risk of diabetes: a systematic review. Diabetes Care.2010; 33(7): 1665–1673.
3. Van Bell TL, et al. Type 1 diabetes: etiology, immunology, and therapeutic strategies. Phys Rev 2011; 91(1): 79–118.
4. Joslin’s diabetes mellitus, 14th edition. Boston: Lippincott Williams & Wilkins; 2005. p. 399.
5. Type 1 diabetes. New York Times. 2014 July 21. Available from:
http://www.nytimes.com/health/guides/disease/type-1-diabetes/complications.html. Accessed 2017 Jun 6.
6. Rosenbloom AL, et al. Type 2 diabetes in children and adolescents. Pediatr Diabetes 2009;10(Suppl. 12): 17–32.
7. Haines L, et al. Rising incidence of type 2 diabetes in children in the U.K. Diabetes Care.
2007; 30(5): 1097–1101.
8. Grinstein G, et al. Presentation and 5-year follow-up of type 2 diabetes mellitus in African-American and Caribbean-Hispanic adolescents. Horm Res 2003; 60(3): 121–126.
9. Pinhas-Hamiel O, Zeitler P. The global spread of type 2 diabetes mellitus in children and
adolescents. J Pediatr. 2005; 146(5): 693–700. doi: 10.1016/j.jpeds. 2004.12.042. Accessed 2017 Jun 6.