Les diabétiques souffrent souvent d’infections des pieds, mais des soins appropriés peuvent sauver des membres, et finalement, des vies, selon les nouvelles directives de la Société américaine de lutte contre les maladies infectieuses(IDSA).

Le taux de mortalité des diabétiques dû aux mauvais traitements des plaies au pied infectées pouvant entraîner une amputation des membres inférieurs est pire que pour la majorité des cancers, environ 50% des diabétiques amputés du pied décèdent dans les cinq ans. Les directives de ((IDSA) relatives aux infections du pied diabétique publiées dans la revue  » maladies Infectieuses Cliniques » ont révélé qu’environ la moitié de ces amputations des membres inférieurs peuvent en fait être évitées grâce à un traitement approprié des infections du pied.

Traitement de l’infection du pied par voie chirurgicale

Les diabétiques souffrent généralement d’une mauvaise circulation sanguine, ce qui signifie que leur sensibilité au toucher ou leur sensibilité à la douleur peuvent être grandement compromises. Par exemple, une simple plaie causée par une chaussure à friction ou une coupure peut facilement passer inaperçue et s’aggraver. Un diabétique sur quatre souffrira d’un ulcère du pied, c’est-à-dire d’une plaie ouverte au cours de sa vie, qui peut facilement s’infecter. Si elles ne sont pas traitées, ces infections peuvent se propager et tuer les tissus mous et les os, ce qui signifie que les tissus morts et infectés doivent être enlevés par voie chirurgicale. Dans les cas graves, cela signifie une amputation de l’orteil, du pied ou même d’une partie de la jambe. Près de 80% de toutes les amputations non traumatiques sont réalisées chez des personnes atteintes de diabète, et 85% de ces amputations commencent par une plaie du pied ouverte.

L’auteur principal, Benjamin A. Lipsky, MD, président du comité d’examen, des lignes directrices et professeur de médecine à l’Université de Washington a déclaré:

L’amputation des membres inférieurs a un coût terrible pour le patient diabétique. Les personnes qui ont eu un pied amputé ne peuvent souvent plus marcher, leurs opportunités professionnelles et sociales se réduisent et elles deviennent souvent dépressives et courent un risque important de se faire une deuxième amputation. Évidemment, prévenir les amputations est vital et, dans la plupart des cas, possible.

Les directives soulignent l’importance d’un traitement rapide et approprié des plaies infectées des membres inférieurs. Par exemple, enlever chirurgicalement (débridement) les tissus morts, administrer des antibiotiques appropriés et, le cas échéant, atténuer la pression sur la plaie et rétablir le flux sanguin dans la région. La prescription exclusive d’antibiotiques aux diabétiques souffrant d’infections du pied, comme c’est souvent le cas, s’avère souvent insuffisante si la plaie n’est pas soignée correctement, y compris lors d’interventions chirurgicales.

Traiter les infections du pied diabétique peut constituer un véritable défi. Les directives de (IDSA) 2004 révisées et mises à jour sur les infections du pied diabétique recommandent par conséquent de faire appel à une équipe multidisciplinaire capable d’évaluer et de traiter différents aspects du problème. Selon des recherches effectuées depuis les précédentes directives, de nombreuses infections du pied sont traitées de manière inappropriée, c’est-à-dire en prescrivant le mauvais antibiotique ou en ne tenant pas compte des affections sous-jacentes telles que la maladie artérielle périphérique.

Les nouvelles directives comportent 10 questions courantes que les prestataires de soins de santé peuvent rencontrer lors de l’examen des options de traitement pour un patient diabétique souffrant d’une plaie au pied, auxquelles le groupe d’experts des directives de la Société américaine de lutte contre les maladies infectieuses a écrit une réponse complète basée sur de nombreuses preuves. Par exemple, la première étape consiste à déterminer si la plaie est infectée. Les directives indiquent qu’un signe d’infection comprend au moins deux des symptômes suivants: rougeur, sensibilité, chaleur, douleur ou gonflement. Environ 50% des ulcères ne sont pas infectés et ne nécessitent donc pas d’antibiothérapie, contrairement à ceux pour lesquels une infection a été diagnostiquée, tandis que les personnes atteintes d’une infection grave doivent être référées pour une hospitalisation immédiate.

L’importance de l’imagerie du pied lors de l’infection

Les diabétiques atteints d’ulcères du pied infectés devraient généralement recevoir une imagerie du pied afin de déterminer si l’infection s’est propagée à l’os. Un autre aspect important du traitement consiste à développer une culture de la bactérie qui a provoqué l’infection, car cela aidera à choisir les meilleurs antibiotiques. Les directives recommandent de faire appel à une équipe multidisciplinaire en raison de la complexité des infections du pied diabétique, notamment des spécialistes des maladies infectieuses, des chirurgiens, des podologues et des orthopédistes. Le Dr Lipsky a noté que les médecins des zones rurales pourraient potentiellement utiliser la télémédecine afin de consulter les experts nécessaires.

Le co-auteur des directives, Warren S. Joseph, DPM, consultant pour les maladies infectieuses des membres inférieurs a expliqué:

Il y a beaucoup de prescription excessive ou inappropriée d’antibiotiques pour les plaies du pied diabétique, ce qui n’aide pas le patient et peut conduire à une résistance aux antibiotiques. Les directives indiquent que, lorsque des antibiotiques sont nécessaires, ils doivent être interrompus lorsque l’infection a disparu, même si la plaie n’est pas complètement guérie.

Sources:

« 2012 Infectious Diseases Society of America Clinical Practice Guideline for the Diagnosis and Treatment of Diabetic Foot Infections »

Benjamin A. Lipsky, Anthony R. Berendt, Paul B. Cornia, James C. Pile, Edgar J. G. Peters, David G. Armstrong, H. Gunner Deery, John M. Embil, Warren S. Joseph, Adolf W. Karchmer, Michael S. Pinzur, and Eric Senneville

Clinical Infectious Diseases Journal, May 2012, doi: 10.1093/cid/cis346

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here